Des élèves de Crans-Montana participent à "Romandecole", avec l'aide de Pierre-Isaïe Duc

ROMANDECOLE Romans d’écoles, ou comment faire écrire un roman à une classe d’ados, encadrés par un écrivain professionnel! Quinze élèves du Cycle d’orientation de Crans-Montana participent au projet ROMANDECOLE. Aujourd’hui jeudi, ils lisent leur œuvre à Lausanne, à La Manufacture. Leur coach Pierre-Isaïe Duc est présent.

ROMANDECOLE Romans d’écoles, ou comment faire écrire un roman à une classe d’ados, encadrés par un écrivain professionnel! Quinze élèves du Cycle d’orientation de Crans-Montana participent au projet ROMANDECOLE. Aujourd’hui jeudi, ils lisent leur œuvre à Lausanne, à La Manufacture. Leur coach Pierre-Isaïe Duc est présent.

 

 

L’idée de base, développée par Richard Reich de Zurich, consiste à motiver des jeunes entre 12 et 17 ans à participer à la conception et l’écriture d’une histoire, sous la conduite d’écrivains professionnels. Les classes développent leur histoire, les élèves doivent poser une situation, développer les idées et les intrigues et finissent par écrire un roman complet. Tout ceci se fait avec l’appui d’un coach qui met la main à la pâte en reprenant les textes et en œuvrant à leur mise en forme. Le travail se fait aussi bien par oral, lorsque les élèves défendent leur idées, argumentent leurs opinions ou leurs objections, qu’au travers de l’écriture directe de certains passages.

 

Elèves de Cindy Nanchen

Pierre-Isaïe Duc est le coach des élèves de Crans-Montana. L’acteur originaire de Chermignon nous a confié quelques unes de ses impressions et sa motivation à participer à un tel projet. Ce sont les élèves de Cindy Nanchen, en troisième année, qui ont joué le jeu de l’écriture, du jeu de rôle, de l’expression orale et du «parler de soi».

«Je voulais avant tout partir de leur expérience et aller de leur réalité à la fiction», raconte Pierre-Isaïe Duc.

Il a demandé aux jeunes participants de partir d’une carte d’identité personnelle, puis de décrire des situations. De toutes ces contributions il préparait à la maison une mise en forme commune qu’il présentait aux élèves lors de la séance suivante.

 

Lecture publique: la cerise sur le gâteau

Ce cheminement commun s’est déroulé sur huit séances et, ce jeudi 25 novembre, c’est la cerise sur le gâteau: la lecture publique.

 

Cette échéance a motivé les élèves qui ont beaucoup donné. «Je les ai trouvé top», dit Pierre-Isaïe. Issu du théâtre, le coach a parfois puisé dans son expérience de la scène pour faire sortir les choses aux élèves lorsque la créativité baissait un peu.

 

Une des bonne surprise de l’expérience est d’avoir finalement eu plus de matériel que nécessaire. Les élèves ont beaucoup donné, même si Pierre-Isaïe Duc nous confie avoir un tout petit regret: n’avoir pas pu les faire parler assez d’eux, de leur monde intérieur, de ce qu’ils ont tout au fond (il a tout de même réussi à leur faire écrire leur propre journal intime…).

 

Pierre-Isaïe Duc prêt à continuer l’expérience

C’était la première expérience de collaboration littéraire avec des jeunes pour cet homme de théâtre.  Il en parle avec beaucoup d’émotions et semble vraiment avoir apprécié ces moments. A la question de savoir si il repartirait dans l’expérience au cas où ce projet pilote serait validé, la réponse fuse et c’est un «oui» clair et sonore qui clôt notre entretien.

 

Cinq classes en Suisse romande

Ce projet est mené depuis plusieurs années en Suisse allemande, en Autriche et en Allemagne. En Suisse romande, c’est un projet pilote qui se déroule cette année avec cinq classes (et donc cinq romans), deux dans le canton de Genève, deux dans le canton de Vaud et un en Valais, au cycle de Crans-Montana.

 

Les cinq romans sont présentés en première lecture publique, par leurs auteurs accompagnés de leurs coachs respectifs, le 25 novembre à Lausanne, puis le 29 à Genève.

 

Retrouvez les informations utiles à ces lectures, ainsi que sur le projet dans son ensemble, en suivant ce lien. A signaler encore qu’en cas de succès du
projet pilote, il sera pérennisé en suisse romande et proposé à plus de collèges. 

 

"J’en crois pas mes oreilles"

Le titre de l’œuvre écrite à Crans-Montant s’intitule J’en crois pas mes oreilles. Elle sera éditée en compagnie d’une autre histoire probablement dans le courant du mois de janvier, selon Pierre-Isaïe Duc.


Merci à Dominique pour l’aide à la rédaction de cet article.