Le Choeur d'Hommes de Lens va chanter Ramuz

REVUE DE PRESSE – Un «concert de fou» et certainement un concert exceptionnel. Le 16 décembre à 17 h à Lens, puis le 27 décembre à 20 h à Crans-Montana, le Chœur d’Hommes de Lens présentera son adaptation du roman de Ramuz, La grande peur dans la montagne. Le jds y consacre aujourd’hui un bel article que vous retrouvez ci-après.

REVUE DE PRESSE – Un «concert de fou» et certainement un concert exceptionnel. Le 16 décembre à 17 h à Lens, puis le 27 décembre à 20 h à Crans-Montana, le Chœur d’Hommes de Lens présentera son adaptation du roman de Ramuz, La grande peur dans la montagne. Le jds y consacre aujourd’hui un bel article que vous retrouvez ci-après.




Pascal Lamon (à gauche), lors de l’enregistrement des Dicodeurs
 
Ramuz aura beaucoup apporté à Lens, mais les habitants de la commune le lui rendent bien. D’hommage en hommage, les événements se succèdent à un train d’enfer. Après des expositions, la projection de films, le Chœur d’Hommes de Lens prend la parole. Et quelle parole ! Pascal Lamon, directeur du chœur, imagine il y a presque deux ans, pour honorer le 100e anniversaire de Ramuz à Lens, une création. Le livre La grande peur dans la montagne semble propice à une adaptation originale et l’ouvrage est révélateur de l’œuvre du Vaudois où se croisent ses thèmes de prédilection : catastrophe naturelle, ordre et désordre, sentiments et rationalité. L’intrépide directeur s’entoure de Geneviève Levine pour les paroles et de Jean-Claude Broccard pour la musique. «Un concert de fou», annonce d’emblée le directeur du chœur, «un accouchement assez douloureux», confirme le compositeur de Granges. Certains passages sont repris plus de 17 fois ! Un travail d’écriture musicale d’une année, en zigzag, où partage et critiques sont le lot quotidien des trois larrons. Ils ont transpiré. Mais au final, un résultat tangible. Une cantate de 55 minutes pour voix d’hommes, solistes, ensemble  cordes et orgues, soit le Chœur d’Hommes de Lens, un ensemble instrumental de 18 personnes, le Chœur des écoles (à Crans-Montana ce seront les Gais Rossignols), Nathalie Constantin soprano, ainsi qu’un récitant, le comédien de la région René-Claude Emery. Et une première à l’église de Lens dimanche 16 décembre à 17 h.

Le budget de 45’000 francs donne encore de frissons à Pascal Lamon : «Pour nous c’est beaucoup, une grosse responsabilité financière ». Heureusement, pour l’occasion, l’église pourra accueillir 800 personnes ! Et que l’on ne se méprenne surtout pas. La cantate n’est pas pesante, comme certaines atmosphères ramuzienne. «Les compositions sont colorées, la musique chante et danse…», explique Jean-Claude Broccard.

A signaler aussi que le jour de la première, le téléfilm produit par la Télévision suisse romande sera projeté à la salle du Louché à Lens à 14 h, en présence de l’acteur Jean-Luc Bideau. Du 10 au 14 décembre, Pascal Lamon est aussi l’invité des Dicodeurs sur la RSR, chaque jour à 11 heures[1]. Enfin, la cantate sera jouée une fois encore au centre de congrès Le Régent à Crans-Montana, le 27 décembre à 20 h.

Source: Journal de Sierre, Isabelle Bagnoud

 



[1] Ndlr du blog : sauf le jour des élections fédérales où l’émission aura lieu très très tôt le matin, mais vous pourrez l’entendre sur le net, nous vous en dirons plus le moment venu.