Grüezi Winterthur: pari lancé, pari gagné!

Qui a osé dire qu’ils n’y arriveraient pas? Notre délégation cycliste partie à la conquête de Winterthur a roulé sur 320 kilomètres depuis mercredi, sous le soleil, la pluie et même la neige. Mais pas question d’abandonner! Tout le monde est arrivé cet après-midi. Les derniers 28 km jusqu’à Winterthur se feront demain et, sur place, auront lieu les retrouvailles avec les autres envahisseurs de Crans-Montana qui viennent faire la fête sur la Neumarkt Platz.

Qui a osé dire qu’ils n’y arriveraient pas? Notre délégation cycliste partie à la conquête de Winterthur a roulé sur 320 kilomètres depuis mercredi, sous le soleil, la pluie et même la neige. Mais pas question d’abandonner! Tout le monde est arrivé cet après-midi. Les derniers 28 km jusqu’à Winterthur se feront demain et, sur place, auront lieu les retrouvailles avec les autres envahisseurs de Crans-Montana qui viennent faire la fête sur la Neumarkt Platz.




Cette fois, c’est Jacky Bagnoud notre interlocuteur, joint par téléphone en fin d’après-midi. Le presque pro du vélo se souviendra de cette belle aventure. Un défi imaginé au terme d’une réunion du comité d’organisation de l’étape du Tour de Suisse cycliste à Crans-Montana. Pari lancé, pari gagné!

Ce matin, il y avait au menu le col du Sattel, culminant à 950 mètres "Nous avons hésité un peu ce matin, vu la météo", avoue Jacky Bagnoud. Les cyclistes auraient pu finir le parcours en train. Mais l’idée a été balayée rapidement. Malgré le froid, la neige et le vent, tout s’est bien passé.

L’équipe a roulé 5 heures le 1er jour, puis 4 heures respectivement jeudi et aujourd’hui. "Nous avons une moyenne de 30 km/h, c’est pas mal", constate d’un regard expert Jacky Bagnoud. Bon, il semble qu’il y ait eu du "dopage" aux produits du terroir en cours de route…

Oui, mais nous, on veut quelques anecdotes! Là notre interlocuteur nous amène de quoi rigoler un peu. "Si tu voyais marcher les gars, raconte dans un grand éclat de rire Jacky Bagnoud, on dirait des clowns. C’est à mourir de rire. Il faut les voir de derrière. René Bongi, on dirait Aldo Maccione…" Ben oui Jacky, tout le monde n’a pas la chance d’être à la retraite et de pouvoir passer son temps à vélo ;-)

A propos de Jacky – Duc cette fois – on apprendra que le boss de CME a failli ne pas réussir à quitter le Valais mercredi passé… La faute à un vélo pas très en forme! Ce qui aurait fait dire à Alex Moos: "Et bien vous n’êtes pas encore arrivés à Winterthur!" Jacky Bagnoud explique: "Nous avons dû prendre d’assaut le magasin Sun Wallis et changer de vélo!"

On leur laissera raconter leurs aventures à leur retour. En attendant, tout le monde se retrouve à Winterthur samedi pour apporter à la population et aux autorités un peu de la bonne humeur valaisanne. On vous racontera tout ça, et en images. Promis!