L'interview décalée de Grégoire Barras

Revue de presse – Le JDS soumet Grégoire Barras à l’exercice de l’interview décalée. D’abord le journal nous rappelle que le monsieur est élu à la présidence de la Fédération des musiques des districts de Sierre et Loèche, qu’il préside l’Ancienne Cécilia depuis 13 ans. L’enseignant de Chermignon est membre des "Blancs" depuis 35 ans.

Revue de presse – Le JDS soumet Grégoire Barras à l’exercice de l’interview décalée. D’abord le journal nous rappelle que le monsieur est élu à la présidence de la Fédération des musiques des districts de Sierre et Loèche, qu’il préside l’Ancienne Cécilia depuis 13 ans. L’enseignant de Chermignon est membre des "Blancs" depuis 35 ans.


Quand ferez-vous votre premier discours en haut-valaisan?

Le vice-président de la Fédération Roberto Schmidt (ndlr.: le nouveau conseiller national) est haut-valaisan. Je délègue. C’est ça la collaboration.

La Fédération regroupe des fanfares de tous les bords politiques. Vous êtes diplomates dans l’âme?
Oui. La Fédération avait des membres candidats auxélections nationales. Elle comporte des membres candidats aux élections nationales. Elle compte des députés. Nous devons faire attention à nos propos, ne pas trop plaisanter. La Fédération est apolitique et doit le rester. Elle n’a pas à être utilisée comme un outil de campagne. Par contre, les festivals sont suivis par les politiciens. En septembre, pour les 100 ans de l’Echo de Chippis, je n’ai jamais vu autant de candidats!

Qui sont les plus dociles: vos élèves ou vos muciens?
Mon Dieu! Je dirais les élèves. Mais lors des festivals, je retrouve d’anciens élèves qui se rappellent à mon bon souvenir.

Auriez-vous pu jouer à la Cécilia?
J’ai pris mes premiers cours de tambour auprès d’un membre de la Cécilia, Serge Mittaz.

A Chermignon, le président de la fanfare a-t-il plus d’influence que le pésident de la commune?
Non, plus maintenant (rires). Auparavant, les fanfares avaient du poids. Le cliché veut que les fanfaires commandent les communes s’est envolé. Ca a bien changé.

Rêvez-vous d’un endroit insolite où l’Ancienne Cécilia pourrait se produire?
L’ensemble est souvent invité en Valais ou en Romandie. Nous en avons vu des salles! Pourquoi ne pas jouer une fois à Montreux pour se mesurer aux meilleurs brass bands suisses! La Fête fédérale de Lucerne, l’an dernier, reste un souvenir incroyable. Nous avons joué dans le fameux KKL (Kultur und Kongresszentrum Lucern).C’est l’une des plus belles salles d’Europe. Joli clin d’oeil, nous avons joué dans la salle… blanche. C’était le pied!

Prenez-vous conseil auprès du doyen de la fanfare?
Oui. Philibert Duc, le papa de notre directeur Arsène, est un gars posé et de très bon conseil.

Combien d’heures par semaine consacrez-vous à la musique?
Je ne les compte pas. Président de société, ça prend autant de place qu’une famille, si ce n’est plus. Je suis heureusement entouré d’un bon comité et bien secondé par Fabienne, mon épouse.

Propos recueillis par Bertrand Crittin, Le JDS, 2 novembre 2007.