Jean-Marie Fournier prédit un "non" au RQC à Crans-Montana

Revue de presse - Vincent Fragnière a suivi les deux heures du débat organisé hier soir à Sion par les Verts au sujet de l’aménagement du territoire dans notre canton touristique. C’est à lire en pages 2 et 3 ce matin du Nouvelliste. L’exploitant touristique Jean-Marie Fournier a prédit un "non" de la part des citoyens de Crans-Montana ce dimanche au sujet du Règlement des quotas et du contingentement.

Revue de presse - Vincent Fragnière a suivi les deux heures du débat organisé hier soir à Sion par les Verts au sujet de l’aménagement du territoire dans notre canton touristique. C’est à lire en pages 2 et 3 ce matin du Nouvelliste. L’exploitant touristique Jean-Marie Fournier a prédit un "non" de la part des citoyens de Crans-Montana ce dimanche au sujet du Règlement des quotas et du contingentement.

Extrait:
"Présenté de manière volontairement provocatrice comme le «méchant promoteur», Jean-Marie Fournier s’est défini d’une tout autre
manière. «Je suis un exploitant touristique. La promotion immobilière ne concerne qu’une toute petite partie de mon activité de patron de station.» Dans la salle, les sourires se multiplient. L’exploitant de Veysonnaz surprendra même les écologistes présents en affirmant qu’il «n’est pas favorable à une extension des zones à construire actuelles qui n’est d’ailleurs pas d’actualité.» Son créneau? «Une utilisation du sol plus intelligente qui facilite l’implantation de lits exploités un maximum de jours durant l’année.» Si l’objectif est très similaire à celui d’un Jean-Michel Cina –«nous devons favoriser l’hôtellerie et les nouvelles formes d’établissements stables»– les méthodes divergent. L’exploitant touristique ne croit pas aux règlements de construction avec des quotas de résidences primaires et secondaires. «C’est une mauvaise réponse à un vent de panique qui n’a pas lieu d’être. Obliger 70% de résidences primaires dans un projet de construction n’a aucun sens, à moins que l’on nous oblige aussi à faire plus d’enfants.» Pour Jean- Marie Fournier, l’issue de la votation de ce week-end sur le Haut-Plateau le démontrera.«Vous verrez, la population de Crans-Montana ne va pas accepter ce règlement.» Ses solutions passent par la possibilité de ventes aux étrangers – «ce sont les seuls qui mettent en location leur objet dont la vente permet justement de financer cette location» – la mise en place d’avantages pour ceux qui génèrent des lits chauds et surtout le développement en Valais d’opérateurs touristiques capables de remplir ces lits à louer.
"

Quant au conseiller d’Etat Jean-Michel Cina, il a redit être favorable au règlement proposé par les autorités communales à Crans-Montana. "Et je suis très heureux qu’Ayent ait pris son destin en main en promulgant le même type de moratoiire que Crans-Montana pour se donner le temps de la réflexion."

Verdict à Crans-Montana ce dimanche dès 14 h 30.

www.nouvelliste.ch