"Le règlement chauffe les esprits", écrit Le Matin


Revue de presse"Le torchon brûle entre les partisans et les opposants au règlement des consturctions soumis à votation ce week-end". C’est Christine Savioz qui en parle aujourd’hui dans Le Matin. Voici l’article:

A quelques jours de la votation sur le Règlement sur les Quotas et le Contingentement des constructions (RQC) à Crans-Montana – les citoyens se prononceront ce week-end –, la tension est palpable sur le Haut-Plateau. Les opposants sont sortis du bois, en distribuant des tracts fustigeant la réglementation concoctée par la commune. Certains papillons soulignent que les mesures proposées pourraient être la cause d’un «désastre social». Parmi les opposants figurent évidemment les milieux de la construction, comme l’architecte Cédric Barras. «Ce règlement est une aberration grave qui aura des conséquences économiques désastreuses!», s’exclame-t-il. «Si le RQC passe, des centaines de logements seront vides, car on ne trouvera pas preneur.»

Dernier mot aux citoyens
Paradoxalement, le règlement a pour ob­­jectif d’apporter une solution aux lits froids. argumente Paul-Albert Cli­vaz, le président des six communes du Haut-Plateau. L’une des armes utilisées est le contingentement: «Nous voulons améliorer la proportion entre les résidences principales et secondaires»,«la construction de nouvelles résidences secondaires sera limitée à 10 000 m par année, ce qui représente 70 appartements à la place des 100 actuels», ajoute M. Clivaz. De plus, le RQC obligera que les deux tiers de chaque nouvel immeuble soient habités toute l’année; le tiers restant pouvant être destiné librement aux résidences secondaires. A noter cependant que, moyennant une taxe, le propriétaire pourra vouer un tiers de plus du bâtiment aux résidences secondaires.

Pour Alain Viscolo, avocat sur le Haut­-Plateau, le règlement ne résoudra pas le problème des volets clos, «car il ne s’adresse qu’aux nouvelles constructions. La commune aurait mieux fait d’investir dans des infrastructures de loisirs incitant ainsi les vacanciers du week-end à venir plus souvent en station.» Le dernier mot reviendra aux citoyens. Verdict dimanche soir.

Source: Le Matin