Boom d'investissements sur les cimes, analyse Le Temps

Revue de presse. Crans-Montana est encore une fois citée dans la réflexion sur la gestion du sol entamée en Valais, et c’est dans Le Temps d’aujourd’hui:

"(…) Reste qu’avec le fameux moratoire défendu par Jean-Michel Cina, avec le discours des autorités du Haut-Plateau qui ont instauré leur propre moratoire, et parlent désormais d’œuvrer pour les générations futures, avec les réflexions lucides de professionnels comme Yvan Aymon, on voit que la surchauffe aura eu au moins un avantage: instaurer un vrai débat et briser un discours jusqu’ici monolithique qui laissait aux seuls idéologues verts et à une poignée de rêveurs le soin de contester ce que le vieil ermite du Châble, Chappaz, depuis des décennies, à quelques jets de boules de neige de Verbier, appelle «la nouvelle chenegouga commerciale".

C’est à lire dans un intéressant dossier sur le "Boom d’investissements sur les cimes!" signé Laurent Nicolet.

Revue de presse. Crans-Montana est encore une fois citée dans la réflexion sur la gestion du sol entamée en Valais, et c’est dans Le Temps d’aujourd’hui:

"(…) Reste qu’avec le fameux moratoire défendu par Jean-Michel Cina, avec le discours des autorités du Haut-Plateau qui ont instauré leur propre moratoire, et parlent désormais d’œuvrer pour les générations futures, avec les réflexions lucides de professionnels comme Yvan Aymon, on voit que la surchauffe aura eu au moins un avantage: instaurer un vrai débat et briser un discours jusqu’ici monolithique qui laissait aux seuls idéologues verts et à une poignée de rêveurs le soin de contester ce que le vieil ermite du Châble, Chappaz, depuis des décennies, à quelques jets de boules de neige de Verbier, appelle «la nouvelle chenegouga commerciale".

C’est à lire dans un intéressant dossier sur le "Boom d’investissements sur les cimes!" signé Laurent Nicolet.


Le journal donne une liste des projets recensés actuellement, notamment à Aminona , où est prévu "un complexe touristique de 2000 lits comprenant hôtels et chalets en résidences secondaires et principales. Coût: 100-150 millions, investisseurs privés encore dans l’ombre."


Source: Le Temps.ch