Oui, CMA va investir!

Vous n’avez pas lu l’interview de Michel Crettol dans le Journal de Sierre d’aujourd’hui? Nous reproduisons cet article ci-dessous, avec l’aimable autorisation de son auteur Bertrand Crittin qui a interviewé le président du conseil d’adminisration de la société de remontées mécaniques Crans-Montana-Aminona SA.

Vous n’avez pas lu l’interview de Michel Crettol dans le Journal de Sierre d’aujourd’hui? Nous reproduisons cet article ci-dessous, avec l’aimable autorisation de son auteur Bertrand Crittin qui a interviewé le président du conseil d’adminisration de la société de remontées mécaniques Crans-Montana-Aminona SA.

Michel Crettol préside CMA depuis le mois de juillet. Il met fin aux rumeurs et promet que les remontées mécaniques investiront. Interview.

C’était le 21 juillet dernier. Une page de l’histoire récente et mouvementée de CMA (remontées mécaniques de Crans-Montana Aminona SA) s’est tournée. Le promoteur et agent immobilier Michel Crettol est porté à la présidence de la société, succédant à Jean-Noël Rey. Quatre personnalités du Haut-Plateau – Philippe Magistretti, Jacky Bestenheider, la famille Salzmann-Arnaud et Michel Crettol – investissent 10 millions de francs pour racheter les actions des banques et de la société autrichienne KMI. Ils détiennent désormais le 52% du capital-actions de CMA. «Le fait que la société suisse NEBAG puisse acquérir ces parts a été un élément déclencheur, se rappelle le président. Notre désir était de ramener le patrimoine régional, fondé par nos parents, en mains locales. Notre objectif est atteint.»

__Les négociations avec KMI et les banques ont été difficiles? __ Difficile n’est pas le bon terme. Elles étaient serrées, mais nous avions l’appui des collectivités publiques, qui soutenaient la solution des investisseurs locaux. Les négociations ont duré 6 mois, depuis le mois de janvier jusqu’à la mi-juillet. Ce n’était pas de tout repos. Les banques nous étaient favorables et nous faisaient confiance.

La rumeur prétend que vous allez vous débarrasser des parts achetées?

Les choses sont claires: les bruits sont erronés. Nous n’avons pas racheté ces actions pour les céder à qui que ce soit, Compagnie des Alpes comprise. Nous ne nous sentons pas concernés par tous ces ragots. __ Quel a été votre travail depuis le mois de juillet?__

De prendre connaissance de ce qui nous a été transmis. Nous reprenons le bon et le moins bon. Les infrastructures ont été auscultées et certaines posent problème. Nous avons découvert certains bâtiments en mauvais état. L’entretien des bâtiments laissait quelque peu à désirer, ce qui a suscité notre réflexion. L’extérieur de la gare supérieure et du restaurant du Petit-Bonvin ont été rénovés. Actuellement, nous rajeunissons la gare inférieure ainsi que les locaux commerciaux d’Aminona. Spécialement nous travaillons sur le projet d’un nouveau télésiège débrayable de la Nationale (voir encadré). La mise à l’enquête préliminaire a été déposée. On espère construire cette installation pendant l’exercice 2006-2007, avec l’objectif de l‘inaugurer à l‘hiver 2007. __ CMA a très peu investi ces dernières années. Pourtant le plan directeur prévoyait une somme de 70 millions sur 10 ans. Qu’en est-il?__

Le nouveau Conseil d’administration n’est pas frileux. Nous allons investir rapidement dans les installations. Quatre projets seront menés à terme dans un délai relativement court, à hauteur d’environ 25 millions de francs: Nationale, Bellalui, Signal et enneigement artificiel (voir encadré). __ Comment allez-vous financer ces investissements? CMA manque de liquidités.__

Il existe plusieurs solutions, mais nous n’envisageons pas d’emprunt dépassant nos capacités d’investissement. Une augmentation du capital-actions devrait se faire lors de l’assemblée générale de CMA le 9 décembre. La croissance sera peut-être plus sensible que celle prévue de 3,5 millions de francs. Nous allons trouver cet argent dans l’actionnariat actuel. Nous n’avons pas trop de soucis, nous avons de solides appuis.

Depuis votre entrée en fonction, il n’y a plus d’administrateur délégué. Qui est le boss?

Nous n’envisageons pas, pour le moment, de modification notoire dans l’organisation. Il y a un Conseil d’administration avec une présidence qui s’occupe des orientations stratégiques. Deux directeurs se consacrent à l’opérationnel: Michael Gaberthuel (finances et administratif) et Patrick Schibli (technique et exploitation) et nous en sommes satisfaits. Le CA entretient d’excellentes relations avec tout le personnel à qui il rend visite régulièrement.

A l’image d’autres remontées mécaniques, CMA pourrait-elle se lancer dans l’immobilier?

Nous regardons toutes les opportunités. Certains membres du Conseil d’administration sont des professionnels de l’immobilier. Il se peut qu’un jour il y ait des investissements dans ce secteur, dont les profits évidemment reviendraient exclusivement à CMA. Nous sommes ouverts à toute proposition, qu’elle viennent d’investisseurs externes ou internes à CMA. Chacun des membres du Conseil d’administration se penche sur ce problème afin de trouver la meilleure solution pour générer des liquidités pouvant nous permettre de nouveaux investissements.

************************************

Quatre projets pour 2007 et 2008

Michel Crettol le répète à l’envi: le nouveau Conseil d’administration de CMA n’est pas frileux! D’ici à 2008, quatre projets importants occuperont la société. Montants totaux investis pour rénover les installations: 25 millions de francs.

  • Le télésiège à pinces fixes de la Nationale sera remplacé par un télésiège débrayable, qui reliera Marolires à Cry d’Er, avec une éventuelle station intermédiaire située légèrement au-dessus du point de départ actuel, au lieu-dit «Mur des Mélèzes». «Cette installation est le centre névralgique du domaine skiable et est essentielle à l’organisation des courses de Coupe du monde de ski», explique Michel Crettol.
  • La piste supérieure de Chetseron et la liaison Pas-du-Loup/Signal seront enneigées artificiellement.
  • Le téléphérique de Bellalui, âgé de bientôt 40 ans, sera remplacé. CMA a toutefois choisi de maintenir un téléphérique, plutôt que de lui substituer un télésiège. Les coûts sont ainsi limités.
  • Les cabines du Signal seront elles aussi remplacées, car elles ont mal vieilli. Le changement est indispensable, selon le président. Cette installation enregistre la plus grosse part des accès au domaine skiable depuis la station. Le débit sera augmenté.

************************************

Historique

• Décembre 1999 Naissance de Crans-Montana-Aminona SA (CMA) suite à la fusion des quatre sociétés de remontées mécaniques du Haut-Plateau: Grand Signal, Violettes-Plaine-Morte, Crans-Cry d’Err, Aminona.

• Juin 2001 Les millions de perte s’accumulent pour CMA. La dette dépasse les 70 millions de francs. La faillite est proche.

• Juillet 2001 Peter Furger est nommé pour sortir CMA de la crise.

• Octobre/Novembre 2001 Election d’un nouveau conseil d’administration, présidé par Jean-Noël Rey. Peter Furger devient administrateur délégué de CMA. Réduction du capital-actions de la société, les six communes du Haut-Plateau injectent 10 millions de francs, les banques diminuent la dette de 10 millions de francs.

• Début 2002 Un plan directeur doit être réalisé d’ici à 2010. Les investissements se montent à 60 et 70 millions de francs.

• Octobre 2003 CMA est sauvée. La société a réduit de 90% son capital-actions, avant de l’augmenter à 18 millions de francs. La société financière autrichienne KBI a injecté 5 millions, des privés du Haut-Plateau 4 (notamment Philippe Magistretti, la famille Salzmann-Arnaud et le funi SMC) et les communes 3. Banques et communes ont amené 6 millions de francs par conversion de dettes. En trois ans, elles ont abandonné, chacune, 23 millions de francs de dettes.

• Novembre/Décembre 2005 L’assemblée décide d’augmenter à nouveau le capital-actions de 3,5 millions de francs. Le Conseil d’administration a porté son choix sur la société financière suisse NEBAG.

• Mars 2006 Une solution locale fait son chemin. Quatre personna
lités (Philippe Magistretti, la famille Salzmann-Arnaud, Michel Crettol, Jacky Bestenheider) sont prêtes à investir 10 millions de francs et reprendre les parts des banques et de KMI. Jean-Noël Rey et Peter Furger annoncent leur départ.

• Juillet 2006 Les investisseurs locaux ont racheté les parts des banques et de KMI. Ils détiennent 52% du capital-actions. Michel Crettol est nommé président.

************************************

La Nationale homologuée

Marius Robyr n’a pas feint la surprise. Vendredi dernier, face à la presse, il a présenté avec son emphase habituelle, les travaux entrepris sur la piste Nationale. A la fin de son exposé, Markus Murmann, délégué de la FIS (Fédération Internationale de Ski) remettait la précieuse homologation au chef de projet. Larges sourires dans l‘assemblée. Le précieux sésame ouvre à nouveau les portes de la Coupe du monde de ski à Crans-Montana. Les travaux sur la Nationale ont été importants pour mettre en conformité la piste: pose de filets de sécurité et de canalisations, déboisement de certains secteurs, remodelage des bosses, ensemencement, construction de deux tunnels de 80 et 90 mètres. L’ouvrage a un coût: 3,1 millions de francs, financés pour 2/3 par les six communes du Haut-Plateau et 1/3 par la Fondation du Casino. Selon Markus Murmann, la Nationale est «au top niveau». Des épreuves masculines de Coupe d’Europe sont déjà agendées au 31 janvier et 1er février 2007. Pour la Coupe du monde (descente et Super-G dames), il faudra patienter jusqu’à l’hiver 2007-2008.

Journal de Sierre – 20-10-2006 – Bertrand Crittin